Partager cet article

La philatélie ouverte sur le monde / Parole aux adhérents / Philatélie Thématique

La grande pêche en Antarctique a aussi ses timbres et enveloppes

La grande pêche en Antarctique a aussi ses timbres et enveloppes

La philatélie accompagne bien souvent les grandes œuvres des Hommes notamment celles liées à leur mode de vie. Et la pêche n’échappe pas à la règle surtout quand les zones sont difficiles et nécessitent des bateaux de grande qualité. Dans ces conditions, les navires en profitent pour transporter du courrier afin de désenclaver des îles difficiles d’accès et offrir un moyen de communication pour échanger avec le reste du monde. C’est le cas pour l’Antarctique que nous vous faisons découvrir dans cet article à travers la pêche…

La zone Antarctique couvre plusieurs fois la surface de la France et des quotas de pêche sont actualisés tous les ans. La légine (Gros poisson carnassier à chaire appréciée) est pêchée par des palangriers congélateurs limités à sept navires (cf carnet de timbres représentant leurs navires). Actuellement, sept armements tous basés à Saint Pierre pratiquent la grande pêche dans les eaux de la « Zone Economique Exclusive » (ZEE) de Kerguelen et de Crozet. Pêche particulièrement difficile sous les 50ème hurlants souvent pratiquée par-1 à -5 °C.


Ces navires de pêche sont construits pour la plupart par les Ets PIRIOU de Concarneau qui en sont des spécialistes et dont les dernières réalisations sont un modèle d’exploitation durable. La pêche à la palangre utilise de longues lignes munies de très nombreux hameçons remontées à l’aide de treuils.
C’est la pêche à « l’or blanc ». Dans les années 80 les chalutiers soviétiques écumaient la zone ce qui n’est plus possible depuis les accords internationaux.
Le Molezaia guardia
L’expéditeur avait le choix entre l’utilisation de timbres français ou soviétiques (UPU).
Le Kulum
Navire pirate de pêche à la légine fut arraisonné après 8 ans de poursuite au large du Sénégal.
L’Austral
Navire langoustier, effectue des campagnes scientifiques d’évaluation des stocks de poissons moyennant un quota de pêche de légines.
Pli de la campagne d’évaluation « POKER » permettant de suivre l’évolution de la population de légines (POisson KERguelen).
Avec flamme pour l’Austral à Kerguelen
L’Albatros à Kerguelen
À noter sur ce pli la correspondance entre le timbre, le sujet et l’illustration du navire.

Six armements basés à la Réunion, la SAPMER, les Armements réunionnais, Pêche Avenir, Armas Pêche, Comata et Cap Bourbon, sont bénéficiaires des autorisations de pêche à la légine.

Cette enveloppe détaillée grâce à l’amabilité du Capitaine de l’Albius précise les coordonnées de la 21 ème marée dans la zone de Crozet/Kerguelen de la pêche à la légine. L’enveloppe a le tampon du contrôle des pêches et signature du contrôleur présent à bord.

Faits extrêmement rares

Fait exceptionnellement rare, la rencontre de deux palangriers en rade devant Port aux Français à Kerguelen : L’Ile Bourbon de l’armement Mascareignes III et le Saint André de Pêche et Avenir.
Le gérant postal a confectionné ces plis (une douzaine) en prenant une photo, en l’imprimant sur une enveloppe des TAAF. Il a dû ensuite faire signer par chacun des Capitaines ou de leur lieutenant ces documents qui y ont apposé le cachet de leur navire. Et ce dans l’espace de quelques heures car ces navires ne font escale qu’exceptionnellement.
Il est prévu de ne pêcher que 5915T de légine pour la campagne 2018-2019 afin de préserver la ressource.
La campagne de pêche 2008/2009 a initié un chiffre d’affaire de 42 millions d’euros. Ce poisson est exporté depuis La Réunion vers le Japon, les USA, le Canada.

Dernièrement l’Ile Bourbon a dû mouiller devant Port aux Français afin de se faire assister par le médecin de la base pour un de ses membres d’équipage. En effet, il est hors de question de retourner à son port d’attache à la Réunion et d’interrompre la campagne de pêche. (Courrier exceptionnel élaboré par le gérant postal).

Collectionner les plis de la grande Pêche est passionnant mais nécessite beaucoup de patience. Un navire ne pourra toucher qu’occasionnellement Port aux français ou Alfred Faure à Crozet où le philatéliste souhaitant le contacter aura déposé des plis et essaiera d’obtenir la griffe du contrôleur des pêches. Ces navires mouillent rarement dans ces districts et le courrier pourra attendre plusieurs années avant de nous être retourné. Avec encore plus de chance et de patience, vous pourrez obtenir un pli d’un navire néo-zélandais de surveillance des pêches, pays avec lequel la France a des accords pour lutter contre la pêche illicite. Il faudra toujours se rappeler que les capitaines ont autre chose à faire que de s’occuper de philatélie, je les en remercie d’autant plus.


Partager cet article

Membre depuis 2004, Philippe est entré au CA en 2010. Sans charge particulière il participe à une aide générale. Spécialisé en philatélie polaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>