Partager cet article

La philatélie ouverte sur le monde

Découvrez les timbres les plus célèbres de l’histoire de la philatélie

Découvrez les timbres les plus célèbres de l’histoire de la philatélie

La première question que l’on pose toujours aux philatélistes est souvent : combien valent les timbres les plus rares ? Cette question intrigue bon nombre de personnes, car bien des rumeurs circulent voulant que certains de ces petits morceaux de papier puissent littéralement valoir une petite fortune. Eh bien c’est vrai, on rapporte certaines transactions à plus d’un million de dollars. Pourquoi certains timbres ont-ils tant de valeur ? Eh bien chacun a sa petite histoire qui lui vaut sa célébrité…

1840 – Le Penny Black

Le Penny Black est le premier timbre postal prépayé de l’histoire et fut émis par l’Angleterre. Ce timbre qui n’est pas exceptionnellement rare vaut entre 240$ et 3000$ selon sa condition, cependant un exemplaire avec une oblitération rouge représentant une croix de Malte s’est vendu à l’encan pour plus de 2.4$ million.

1845 – Le Basel Dove

Le premier et le seul timbre émis par le canton de Bâle en Suisse. Il fut le premier timbre à être imprimé en 3 couleurs (noir, bleu et cramoisi). Aujourd’hui, le Basel Dove est reconnu comme étant l’un des plus beaux timbres classiques. Valeur 18,000$

1847 – Blue / Red Penny

Les deux timbres « Post Office » sont les premiers timbres émis pour le service postal de l’ile Maurice. La mention « POST OFFICE » fut abondamment commentée. Certains philatélistes affirmèrent que c’était une erreur, car la mention habituelle sur les timbres du Royaume-Uni était « POST PAID » (port payé). Cette dernière servit dans les émissions suivantes. Environs 200 exemplaires furent émis et seul 26 ont survécus à ce jour. Un couvert avec 2 de ces timbres s’est vendu à l’encan pour 3,8$ million.

1848 – Perot Provisional

Le premier timbre émis par les Bermudes pour inaugurer sa capitale, Hamilton et signé par son maitre de poste, William Bennet Perot. Aujourd’hui seulement 11 copies de ce timbre ont été découvertes. La plupart de ces timbres appartiennent à la royauté européenne, dont un exemplaire appartenant à la reine Elizabeth. Sa valeur marchande est d’environ 100,000$

1849 – 1 franc vermillon

Le plus recherché et le plus cher des timbres-poste de France. Sa cote s’explique par la rareté relative de ce timbre (car peu utilisé et durant une courte période) et par son esthétique. Toutefois, comme tous les produits peu abondants, les exemplaires découverts sont préservés, et réparés. On le trouvera assez souvent oblitéré (en qualité standard s’entend) dans les ventes sur offre. Mais neuf, avec de grandes marges et une couleur et un papier frais, il est très rare. Il atteignait neuf avec sa gomme d’origine une cote de 95 000 euros ou plus, et oblitéré une cote de 20 000 euros ou plus.

1851 – Hawaiin Missionaries

Les timbres de l’émission des missionnaires sont les premiers timbres-poste utilisés à Hawaii. Leur nom provient du fait qu’ils sont principalement utilisés sur la correspondance de missionnaires, majoritairement envoyée aux États-Unis.
Seulement 16 exemplaires du 2¢ ont été recensés à ce jour. Un couvert représentant un 2¢ et un 5¢ de l’émission des missionnaires ainsi que 2 autres timbres de 3¢ reconnu comme le couvert « Dawson » s’est vendu en 1995 pour 1,9$ million.

1855 – Treskilling Yellow

Un des plus célèbre et reconnu comme le plus rare, ce timbre de Suède est issu d’une erreur d’impression. Le tre skilling était normalement imprimé en vert et le jaune était réservé pour l’émission de huit skilling. Cette variété fut découverte en 1885 par un jeune garçon de Suède du nom de Georg Wilhelm Backman en fouillant dans la correspondance de sa grand-mère. Aucun autre spécimen n’a été découvert à ce jour, il est unique. N’ayant à peu près rien rapporté à Backman, il fut vendu à maintes reprises et pour la dernière fois en 1996 pour la somme de 2,27$ million.

1856 – British Guiana 1 cent Magenta

Depuis longtemps, il est reconnu comme la superstar des timbres rares. En 1856 alors que l’inventaire de timbres de la Guyane était presque totalement épuisé un imprimeur fut chargé d’imprimer des timbres provisoires d’urgence. Le design simpliste représente un bateau à voile au centre avec une dénomination de 4 cents. Ces timbres provisoires étaient signés par le maitre de poste pour éviter les contrefaçons. En 1875 un jeune garçon de 12 ans, L. Vernon Vaughan, découvre un spécimen avec l’inscription “ONE CENT” au lieu de “FOUR CENTS”. Au fil des ans, quelques contrefaçons ont été découvertes, mais un seul authentique existe. Ce timbre célèbre s’est échangé parmi plusieurs grands collectionneurs dont le comte Philippe Von Ferrary et Arthur Hind. Jusqu’au 17 juin 2014 le timbre reposait dans une voute bancaire de Philadelphie, car son propriétaire, l’héritier de la multinationale chimique, John E. Du Pont, purgeait alors une sentence de 30 ans pour le meurtre d’un lutteur médaillé olympique. Dupont avait déboursé 935,000$ en 1980 pour acquérir ce petit bijou. Le « one-cent magenta » de Guinée Britannique est pourtant devenu le timbre le plus cher du monde le 17 juin 2014 lors d’une vente aux enchères de Sotheby’s à New York. Il a été acquis par un acheteur resté anonyme pour la somme de 9,5 millions de dollars, soit 7 millions d’euros.

1868 – Benjamin Franklin Z – Grill

Ce timbre américain avec grille Z est considéré comme le plus rare du pays. Il n’est connu qu’à 2 exemplaires, dont un seul s’échange dans les collections privées. Un seul collectionneur à la fois peut donc détenir la collection complète des USA. Une grille (« grill » en anglais) est un procédé antifraude. Il consiste en un gaufrage appliqué au papier au moyen d’un poinçon à l’aide d’une presse à forte pression ; l’oblitération entre donc dans le papier et devient très difficile à effacer. La grille Z fut la première utilisée et est visible au dos du timbre. Le premier collectionneur à détenir la collection complète des USA fut Robert Zoellner, en 1998 sa collection fut mise à l’encan et Donald Sundman président de Mystic Stamp Company fit l’acquisition du Benjamin Franklin Z-Grill pour 935,000$. En octobre 2005, le financier Bill Gross échangea un bloc de quatre du fameux « Inverted Jenny » qu’il avait acquis pour près de 3$ million pour ce fameux Z-Grill 1868. En complétant cet échange spectaculaire, il devint donc l’unique propriétaire d’une collection complète des timbres Américains du X1Xe siècle.

1918 – Inverted Jenny

L’avion biplan Curtiss JN-4 est le sujet des trois premiers timbres de poste aérienne, émis aux États-Unis. Le 24 cents rouge et bleu au centre inversé est probablement l’erreur la plus célèbre des Amériques et connue sous le terme d’Inverted Jenny (le Jenny renversé). Dans les années 1910, l’US Post Office a mené des essais de transport aérien du courrier. Ils aboutissent à l’inauguration d’une ligne régulière le 15 mai 1918. La confection du timbre est réalisée d’urgence, cette dernière commence le 4 mai et l’impression le vendredi 10 mai. Au cours de celle-ci, trois feuilles mal positionnées au second passage et représentant l’avion à l’envers sont trouvées et détruites. Comme par le passé, des timbres bicolores au centre renversé sont parvenus jusqu’aux bureaux de poste malgré la vigilance des imprimeurs, des collectionneurs se sont rendus dans les bureaux dans l’espoir de faire une découverte.
Le 14 mai, W. T. Robey voit le postier sortir une feuille entière de 100 timbres au centre inversé, il raconte qu’il a senti son cœur battre à tout rompre, il s’empressa donc de l’acheter. Robey contacte ensuite plusieurs marchands de timbres et journalistes au sujet de sa trouvaille et cache la feuille lors de la visite des inspecteurs de la poste. Rapidement, il vend la feuille à un négociant de Philadelphie, Eugene Klein pour 15 000 dollars. Klein la revend immédiatement au colonel H. R. Green pour 20 000 dollars. Sur le conseil de Klein, Green détache des timbres de la feuille pour les revendre au prix fort : un bloc de huit, plusieurs de quatre et le reste à l’unité. Green en conserve plusieurs, dont un qu’il fait monter en pendentif pour son épouse. Le pendentif de madame Green est proposé pour la première fois lors d’une vente aux enchères, le 18 mai 2002, mais ne trouve pas preneur.
La presse philatélique rapporte néanmoins qu’une vente privée a été conclue par la suite à un prix inconnu. En octobre 2005, un bloc de quatre Inverted Jennies est cédé au financier William H. Gross pour 2 970 000 dollars. Le fameux bloc qu’il échangea ensuite contre l’un des deux seuls 1 cent Benjamin Franklin Z Grill existant.

Partager cet article

Membre de l'Association depuis 1974. 5 ans Vice-président puis Président depuis 2002. Responsable de la distribution des nouveautés et des jeunes philatélistes. Une thématique en compétition : "La Main porteuse de messages"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>