Partager cet article

L’Association philatélique de Rueil-Malmaison / Parole aux adhérents

Comment suis-je devenue adhérente à l’Association Philatélique de Rueil-Malmaison ?

Comment suis-je devenue adhérente à l’Association Philatélique de Rueil-Malmaison ?

A environ neuf ans, la visite d’une exposition philatélique dans le cadre d’une sortie scolaire m’avait bien intéressée, avec toutes ces belles images sur ces petits morceaux de papier. En discutant avec mes parents de cette visite, j’appris que mon père avait collectionné les timbres en étant jeune. Il me montra son petit album ainsi que celui de ma grand-mère et me les donna. C’est ainsi que l’idée de collectionner les timbres commença à germer.

J’ai débuté en conservant les timbres que nous recevions par courrier. Mes parents me rapportaient ceux qu’ils recevaient sur leurs lieux de travail, et des voisins me donnaient ceux qu’ils pouvaient « récolter ». A Noël, un album me fut offert pour ranger correctement tous ces timbres, en les classant par pays. Puis avec les études, je n’eus plus le temps de m’occuper de cette collection qui resta dans une armoire. Cependant, je continuais toujours à garder en vrac, dans des enveloppes, les timbres que je recevais ou qui m’étaient donnés.

De nombreuses années plus tard, je découvris qu’il existait un club philatélique sur mon lieu de travail qui pouvait me réserver tous les nouveaux timbres français émis et qu’il existait des classeurs spécifiques, avec des feuillets comprenant tous ces timbres pré-imprimés sous lesquels un commentaire très intéressant était mentionné.
Pendant près de cinq ans, j’achetai les nouveautés et les feuillets. Puis la dissolution du club suite à des fusions de sociétés, et la naissance de mon premier enfant qui m’occupait énormément, firent que j’abandonnai à nouveau ma collection.

Une dizaine d’années plus tard, par un bel après-midi d’automne , je me promenais avec mes enfants au salon Nature et Jardins dans le parc de Bois Préau à Rueil-Malmaison. Que vis-je? Le stand de la Société Philatélique de Rueil-Malmaison (La SPRM devenue A.Phil.R.M. en 2010).
Nous nous approchâmes pour regarder les panneaux exposés. Je me souviens en particulier d’une présentation consacrée à « l’écureuil ».

Le président de la SPRM nous expliqua qu’il était maintenant difficile de collectionner tous les timbres par pays comme je l’avais fait. Le nombre d’émissions étant trop important, il était préférable de choisir un thème qui nous passionnait et de rechercher des documents s’y rapportant. Les thèmes sont très variés : un animal, un sport, un métier, une période historique, des monuments (châteaux, ponts…), un personnage célèbre (roi, écrivain, peintre…) etc. Il nous invita à venir dans les locaux du club, lors des séances d’initiation du mercredi après-midi, pour avoir davantage d’informations et nous montrer différentes présentations, sans aucun engagement, à l’heure que nous souhaitions, pour quinze minutes comme pour deux heures, bref, à notre convenance.
Nous décidâmes de nous y rendre une fois, juste pour voir.

Lors de notre première visite, des adhérents nous racontèrent l’origine du timbre-poste. Ils nous expliquèrent qu’il ne fallait pas découper d’une enveloppe le timbre seul, mais conserver le cachet et la flamme qui pouvaient être intéressants, et que les timbres devaient être manipulés avec une pince.

Ils nous montrèrent des boîtes remplies de timbres dans lesquelles nous pouvions prendre ceux qui nous plaisaient . Aussitôt, mes enfants en découvrirent quelques-uns qu’ils emportèrent, et décidèrent de revenir. Au cours des séances suivantes, nous apprîmes que collecter des timbres sur un sujet précis et les conserver les uns à côté des autres … c’était bien, mais que composer une belle présentation en incorporant des flammes et en agrémentant de commentaires chaque document … c’était mieux.
Les recherches nécessaires permettaient aussi d’approfondir les connaissances sur le thème choisi. Après quelques semaines d’hésitation, mon fils âgé de onze ans choisit les animaux préhistoriques et ma fille, âgée de huit ans, choisit les princesses de Disney (elle raconta les histoires de Blanche Neige et de la Belle au Bois Dormant en recopiant les phrases de livres, sous chaque timbre).

Et moi ? Puisque j’accompagnais mes enfants le mercredi et que je profitais des conseils, pourquoi ne pas me lancer aussi? J’aime l’histoire de ma ville. Comment concilier philatélie et histoire rueilloise ? Je pensais aux noms des rues, mais ce thème me parut beaucoup trop vaste. Et pourquoi pas … le nom des écoles de Rueil-Malmaison ? L’idée de ce thème me fascinait, même si certains noms d’écoles m’inspiraient peu.

Je plongeai dans mes albums à la recherche de timbres que je pourrais utiliser, et dans des livres pour l’Histoire de Rueil-Malmaison.

Ecole George Sand : écrivain célèbre, connu aussi pour sa correspondance. Dans des lettres écrites à l’intention d’Edouard Rodrigues, propriétaire du château de Bois Préau, elle donnait des conseils afin d’ouvrir une bibliothèque populaire à Rueil : anecdote intéressante !
Ecole Alphonse Daudet : il évoque dans « Les lettres de mon moulin » la bataille en 1870 de Buzenval (quartier de Rueil-Malmaison).
Ainsi, au fil de mes recherches, je trouvais des informations à apporter sur la page d’une école.

Je me consacrais d’abord aux écoles pour lesquelles je possédais le plus de documents, simplement pour mon plaisir. Puis l’exposition pour les 40 ans de la SPRM approchant, le président me proposa de participer à la compétition. Je refusai, car pour moi il s’agissait d’un simple loisir. De plus je n’avais pas le nombre de pages requis.
Les semaines passant, et avec l’aide des documents et des conseils donnés par des adhérents, j’obtins vingt-quatre pages que j’acceptai d’exposer et … je reçus le prix du public !
Puis en approfondissant mes recherches, un panneau de douze nouvelles pages vint compléter ma collection pour l’exposition internationale non compétitive « Marcophilex », en octobre 2010. Une page supplémentaire pour quelques écoles déjà présentes lors de l’exposition précédente et de nouvelles écoles apparurent. De nombreux visiteurs me firent des compliments et m’encouragèrent à poursuivre en ajoutant des écoles manquantes.

Actuellement de nouvelles pages sont en préparation, concernant uniquement de nouvelles écoles pour lesquelles je pensais ne rien trouver, dont l’école Tuck Stell. Si Edouard Tuck et Julia Stell sont particulièrement connus des rueillois pour l’hôpital qui porte leurs noms, ils le sont insuffisamment au niveau national pour qu’un document philatélique leur soit consacré.
Mais … ils sont américains : un timbre d’un drapeau américain peut convenir. Ils ont reçu la Légion d’Honneur : un timbre sur la Légion d’Honneur … etc. Voici comment le nombre de pages peut augmenter.

Je souhaite vous faire partager ma passion, et pourquoi pas vous donner envie de commencer « votre » collection ? Ce loisir est abordable par tous. De nombreux timbres coûtent seulement quelques centimes d’euros … et vous pouvez y consacrer du temps … comme vous souhaitez.

Si vous désirez des conseils, des explications complémentaires, un peu ou beaucoup d’aide, n’hésitez pas à contacter notre Association ou à venir nous voir… même pour une fois !

Nous serons toujours heureux de vous accueillir, petits ou grands, pour partager la passion de ces petites images.

Sylvie

Partager cet article

Sylvie a adhéré le 24/08/2008. Attirée par la philatélie par ces 2 enfants, Florian et Chloé, qui ont participé aux mercredis d'initiation philatélique. Sylvie a choisi comme thème Les écoles de Rueil-Malmaison. Un très beau thème qui a obtenu une médaille bronze argentée lors d'une compétition régionale (la fête du timbre 2013). Une belle vitrine pour notre association.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>